Don par téléphone

Contacter la fondation de l’Université Laval au 418-656-3292


Don par la poste

Imprimer cette fiche remplissez-la et postez-la avec votre paiement à l’adresse suivante :

Faculté des sciences sociales
Pavillon Charles-De Koninck
1030, av. des Sciences-Humaines
Local 3456-E
Québec (Québec) G1V 0A6

Nouvelles

Département de science politique : L’innovation au service de l’apprentissage

10 février 2014

Le Département de science politique de l’Université Laval innove en proposant un programme de reconnaissance de cours collégiaux aux diplômés du DEC en sciences humaines des cégeps de François-Xavier-Garneau, de Lévis-Lauzon, de Limoilou et de Ste-Foy ayant été admis au programme de baccalauréat en science politique.

Cette initiative donne l’opportunité à l’étudiant de remplacer deux cours obligatoires de 1re année au baccalauréat en science politique par deux cours universitaires de niveau plus avancés, s’il a réussi, avec une moyenne de 75 % et plus, certains cours collégiaux ciblés (voir tableau des cours reconnus en fichier joint).

Ainsi, le futur étudiant au baccalauréat en science politique pourra accroître son apprentissage des enjeux internationaux et des politiques québécoises et canadiennes et entreprendre un cheminement scolaire adapté à ses besoins et ses ambitions.

Le programme de reconnaissance se joint aux multiples autres opportunités qu’offre le baccalauréat en science politique :

Les stages rémunérés                                                                                                                                                            Les programmes de stages dans la fonction publique du Québec et à l’Assemblée nationale donnent à l’étudiant la chance de s’initier au marché du travail et de mettre en pratique ses apprentissages.

Le profil international                                                                                                                                                             Le Département de science politique permet à l’étudiant de réaliser une partie de ses études dans une autre province canadienne, et même à l’étranger. Il peut ainsi choisir de découvrir la Suisse, la Belgique, les États-Unis, la France ou encore l’Espagne.

Des études au cœur de la capitale nationale                                                                                                                       L’étudiant bénéficiera d’un environnement d’étude stimulant et dynamique situé au cœur de la capitale politique de la province de Québec.

« Le mot « opportunités » est celui qui décrit le mieux mon parcours au baccalauréat en science politique à l’Université Laval. J’ai non seulement eu la chance de m’impliquer de manière très active au sein des médias étudiants, mais j’ai aussi pu travailler comme assistant de recherche. Ces expériences m'ont permis de développer diverses compétences professionnelles qui continuent de m’être grandement utiles. Mon baccalauréat a également été l’occasion de découvrir le monde et d’étudier la science politique sous d’autres angles grâce à deux échanges étudiants, l’un à l'Université de Toronto et l’autre à l'Institut d'études politiques de Lille, en France. » - A.D.

Un avenir prometteur                                                                                                                                                             Grâce à la formation en science politique, plusieurs portes s’ouvrent aux étudiants qui rêvent de devenir des acteurs influents dans la vie politique nationale et internationale. Leur esprit d’analyse, leur curiosité intellectuelle et leurs habiletés communicationnelles en font des candidats de choix pour les employeurs. Que ce soit au sein de la fonction publique et parapublique, des villes et municipalités, dans les médias ou les organisations communautaires et privées, nos diplômés savent tailler leur place sur le marché du travail.

*Parmi ceux-ci, on retrouve notamment Alexandra Diaz qui est aujourd’hui journaliste culturelle et animatrice à Radio-Canada. Sébastien Bovet, chef de bureau et analyste politique à Radio-Canada fait également parti de la longue liste de diplômés en science politique. Antoine Robitaille est désormais journaliste au journal Le Devoir ainsi que chroniqueur à Télé-Québec et à la première chaîne radio de Radio-Canada. Sans oublier Mc Gilles, chroniqueur insolite à l’émission Infoman et collaborateur spécial au journal La Presse où il écrit quelques chroniques sporadiques. La preuve qu’en science politique à l’Université Laval, tous les horizons sont possibles. 

Le baccalauréat en bref                                                                                                                                                         L'étude des phénomènes politiques constitue l'assise principale du baccalauréat en science politique. Former un politologue, c'est faire acquérir les connaissances, accroître les aptitudes et les habiletés rendant capable de comprendre les phénomènes politiques, de les analyser de façon méthodique et de s'exprimer sur eux de façon convaincante.

L’étudiant apprendra les systèmes et les institutions politiques en vue d’acquérir et de transmettre une meilleure compréhension des phénomènes liés à l’exercice du pouvoir à tous les paliers gouvernementaux. À cette fin, il analysera, expliquera et commentera l’actualité politique locale, nationale ou internationale, dégagera les enjeux et les facteurs d’influence à l’origine des événements et des décisions politiques et tentera d’en prévoir les conséquences.