Don par téléphone

Contacter la fondation de l’Université Laval au 418-656-3292


Don par la poste

Imprimer cette fiche remplissez-la et postez-la avec votre paiement à l’adresse suivante :

Faculté des sciences sociales
Pavillon Charles-De Koninck
1030, av. des Sciences-Humaines
Local 3456-E
Québec (Québec) G1V 0A6

Nouvelles

La nuit, pas de tout repos!

17 février 2014

 
Les enfants qui ont un trouble de l'attention avec ou sans hyperactivité (TDAH) ont un sommeil de moins bonne qualité que les autres jeunes de leur âge, démontrent trois chercheurs de l'École de psychologie dans un récent numéro de la revue scientifique Behavioral Sleep Medicine. Ces problèmes de sommeil pourraient provenir non seulement du TDAH, mais de certains désordres coexistants.
 
C'est la conclusion à laquelle arrivent Vincent Moreau, Nancie Rouleau et Charles Morin après avoir étudié 41 enfants de 6 à 13 ans ayant un TDAH et 25 enfants du même âge n'ayant pas ce trouble. Les chercheurs ont dressé le portrait des nuits de leurs jeunes sujets à partir de deux sources. D'abord, ils ont demandé aux parents de consigner dans un carnet de bord différentes informations sur le sommeil de leur enfant, notamment l'heure du coucher, l'heure à laquelle il s'endort, les périodes d'éveil et l'heure du réveil. Par ailleurs, ils ont recueilli des mesures objectives du sommeil des enfants à l'aide d'un actimètre. Cet appareil porté au poignet enregistre les mouvements du corps.
 
Les observations des parents suggèrent que les enfants avec un TDAH mettent plus de temps à s'endormir, qu'ils sont plus anxieux, que leur sommeil est plus agité et qu'ils sont davantage somnolents pendant la journée. Les données actimétriques vont dans le même sens: le sommeil arrive plus tardivement, le nombre total d'heures de sommeil est moindre et l'efficacité du sommeil est plus faible.
 
Contrairement à ce que suggéraient des études antérieures, les enfants qui prennent des psychostimulants pour traiter leur TDAH ne dorment pas moins bien que ceux qui ne sont pas sous médication. Par contre, la présence de troubles psychologiques coexistants – l'anxiété, les troubles d'apprentissage, le trouble oppositionnel avec confrontation – est liée aux problèmes de sommeil.
 
Les symptômes du TDAH – inattention, hyperactivité, impulsivité – recoupent ceux de certains troubles du sommeil, signale Vincent Moreau. «Certains problèmes comme l'apnée du sommeil, le syndrome des jambes sans repos ou tout simplement l'insomnie peuvent entraîner une hyperactivité chez l'enfant pendant la journée. Les médecins et les psychologues qui traitent les enfants hyperactifs doivent garder à l'esprit que les liens entre les troubles du sommeil et l'hyperactivité peuvent être bidirectionnels.»
 
Source: Le Fil