Don par téléphone

Contacter la fondation de l’Université Laval au 418-656-3292


Don par la poste

Imprimer cette fiche remplissez-la et postez-la avec votre paiement à l’adresse suivante :

Faculté des sciences sociales
Pavillon Charles-De Koninck
1030, av. des Sciences-Humaines
Local 3456-E
Québec (Québec) G1V 0A6

Nouvelles

Une brève histoire de l’agriculture au Québec

16 mai 2014

Chargé de projet pour l’IRÉC , David Dupont est doctorant au département de sociologie à l’Université Laval et auteur. Son essai, Une brève histoire de l’agriculture au Québec, fait part de la riche histoire agricole de notre province depuis la conquête du sol jusqu’à la mondialisation.

C’est un livre qui permet d’approfondir nos connaissances sur le passé de nos ancêtres qui ont colonisé le territoire québécois. L’auteur explique à travers les différentes sections du texte l’évolution des fermes familiales du Québec, ainsi que les difficultés que les agriculteurs de chaque époque ont dû surmonter avant d’en arriver à l’agriculture industrielle telle qu’on la connait aujourd’hui. Cet ouvrage, divisé en cinq chapitres, porte un regard sur quatre siècles d’agriculture. Il décrit le monopole de l'UPA et la mise en marché collective comme des outils indispensables pour se défendre dans un système agricole fortement mondialisé. Il dénonce les transformateurs et les grands distributeurs, qui mettent de la pression pour obtenir des prix toujours plus bas en brandissant la menace de s'approvisionner ailleurs sur le globe.

Ce livre traite d’un sujet qui ne concerne pas seulement les gens impliqués dans le domaine agricole québécois, mais aussi les simples consommateurs afin de les conscientiser à la réalité du système de production, de transformation et de distribution alimentaires. Publié en 2009, l’essai très actuel de David Dupont rejoint un grand nombre de lecteurs, qu’ils soient familiers ou pas avec ce mode de vie qui fait partie de la riche histoire des familles québécoises. Nous le remarquons par la facilité de compréhension, ainsi que par le niveau de langue utilisé. Les nombreuses notes de bas de page favorisent la compréhension chez monsieur et madame tout le monde pour qui le jargon agricole n’est pas familier. De même pour les tableaux présents tout au long de la lecture qui permettent une meilleure lisibilité des faits rapportés par l’auteur et nous éclairent même sur l’origine des ententes historiques prises entre les provinces et les autres pays.

Le point fort de cet ouvrage, selon moi, est que l’auteur gagne beaucoup de crédibilité en raison de son statut d’étudiant de doctorat en sociologie à l’Université Laval au moment de la publication de son livre. Cette œuvre, de prime abord, lui a servi de thèse au doctorat. Après la lecture des 222 pages, nous réalisons que le monde agricole est autre que celui imaginé par bien des gens.

C’est pourquoi je recommande fortement la lecture de ce livre à tous les gens qui s’intéressent de près ou de loin à l’agriculture. Parcourir cet ouvrage sera l’occasion de renouer avec les racines agricoles de notre société. Les lecteurs se verront charmés par cet essai qui les éveillera à des faits qui ont marqué à jamais le mode de vie de plusieurs familles québécoises.

Par Michaël Bélanger                                                                                                                                                               Source: La Nouvelle