Don par téléphone

Contacter la fondation de l’Université Laval au 418-656-3292


Don par la poste

Imprimer cette fiche remplissez-la et postez-la avec votre paiement à l’adresse suivante :

Faculté des sciences sociales
Pavillon Charles-De Koninck
1030, av. des Sciences-Humaines
Local 3456-E
Québec (Québec) G1V 0A6

Nouvelles

Ils ont dit

19 septembre 2014

Stéphane Leman-Langlois, Philippe Barla et Guy Laforest ont discué des chances de succès de l'opération contre l'État islamique,  les ventes croissantes d'automobiles et le référendum en Écosse.

Contre l'État islamique: La semaine dernière, le président américain Barack Obama a annoncé son plan de lutte contre le groupe terroriste État islamique en Irak et en Syrie. Selon Stéphane Leman-Langlois, les buts de l'opération sont suffisamment élastiques pour être atteignables. «Les objectifs sont de détruire ou de diminuer les capacités de l'État islamique. À ce moment-là, ça devient très subjectif et on peut déclarer une victoire dès qu'on a fait un certain dommage. Si l'objectif était de neutraliser l'organisation, ce serait une autre paire de manches et ça deviendrait beaucoup plus difficile.»
Stéphane Leman-Langlois, École de service social Radio-Canada, 11 septembre
Contre les ventes croissantes d'automobiles: Au cours des trois premiers trimestres de 2014, il s'est vendu un nombre record de 1,2 million de véhicules au Canada. Les consommateurs aiment de plus en plus les grosses voitures, en particulier les véhicules utilitaires sport, coûteux et grands consommateurs d'essence. Selon Philippe Barla, peu de conducteurs saisissent le coût social d'une automobile. «L'automobile a un impact sur la production de gaz à effet de serre et sur les réseaux d'infrastructures, dit-il. Il y a aussi la congestion routière qui s'accentue, entraînant une énorme perte de temps et de carburant.»
Philippe Barla, Département d'économique Le Devoir, 15 septembre

Contren le référendum en Écosse: Ceux qui voudront organiser des référendums dans l'avenir au Canada ont beaucoup à apprendre de ce qui se passe entre l'Écosse et la Grande-Bretagne, soutient Guy Laforest. Une question référendaire claire et un accord sur ce qu'est une véritable majorité figurent au nombre des leçons à retenir. Cela dit, le contexte est fort différent, notamment sur le plan du potentiel de tension existant entre les deux parties. «Au Canada, il arrive qu'on doute que le Québec soit une nation. En Grande-Bretagne, tout le monde reconnaît que l'Écosse est une nation et qu'elle a le droit de décider de son avenir; ça contribue à rendre le débat moins acrimonieux.»
Guy Laforest, Département de science politique Le Journal de Québec, 14 septembre