Don par téléphone

Contacter la fondation de l’Université Laval au 418-656-3292


Don par la poste

Imprimer cette fiche remplissez-la et postez-la avec votre paiement à l’adresse suivante :

Faculté des sciences sociales
Pavillon Charles-De Koninck
1030, av. des Sciences-Humaines
Local 3456-E
Québec (Québec) G1V 0A6

Nouvelles

Des fruits et des légumes de chez nous

23 janvier 2015

De la mi-octobre à la fin décembre 2014, plus de 6 400 personnes avaient consulté le portail interactif Manger local Québec. Ce site, créé à l'Université, a été lancé l'automne dernier. Il permet de repérer facilement les lieux d'approvisionnement tels que fermes, jardins collectifs ou commerces alimentaires de proximité, où l'on peut se procurer, ou cultiver soi-même, des produits locaux, frais ou transformés. Le territoire couvert par le portail est celui de la Communauté métropolitaine de Québec.

«Le portail est une retombée de mon projet de recherche interdisciplinaire sur l'offre alimentaire de proximité dans la Communauté métropolitaine de Québec», explique la professeure Manon Boulianne, du Département d'anthropologie. Pour son étude toujours en cours, celle-ci est assistée de sa collègue Sabrina Doyon, de la professeure Carole Després de l'École d'architecture, d'étudiants, de professionnels de recherche et de partenaires du milieu.

Le site répertorie 285 lieux d'approvisionnement. Ils sont représentés par autant de points de couleur sur une carte interactive du territoire de la Communauté métropolitaine de Québec. Chaque catégorie de lieux dispose de sa propre carte. En cliquant sur le point de couleur d'un lieu d'approvisionnement en particulier, une fiche technique apparaît. On apprend ainsi que la Ferme Saint-Achillée, près de Château-Richer, produit quelque 40 variétés de légumes biologiques, qu'il y a un kiosque à la ferme et qu'on livre des paniers hebdomadaires dans différents points de chute à Québec. L'utilisateur peut aussi chercher par municipalité ou arrondissement. En tapant «Lévis», il obtiendra une liste de 21 lieux d'approvisionnement.

«Au Québec comme un peu partout, on entend parler de plus en plus d'alimentation de proximité, souligne Manon Boulianne. Manger local, c'est reconnecter le consommateur et le producteur dans un contexte où la distance est réduite entre les lieux de production et les lieux de consommation.» Selon elle, l'alimentation est devenue un enjeu social, économique et environnemental. «On en parle de plus en plus en recherche, dans les médias et dans les grandes organisations mondiales comme l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture.»

Le portail compte actuellement 79 fermes maraîchères, fermes de petits fruits, fermes piscicoles, érablières et vergers. Ces endroits offrent des produits sur place, dans un kiosque, dans une boutique, en panier ou pour l'autocueillette. «Trois fermes maraîchères sont établies en ville, dans l'agglomération de Québec, indique Manon Boulianne. Trente-neuf fermes sont sises à l'île d'Orléans. On en trouve aussi plusieurs sur la Rive-Sud.»

Les commerces alimentaires de proximité sont au nombre de 74. Il y a des boulangeries, des poissonneries, des fromageries, des boutiques spécialisées et des petites épiceries indépendantes non affiliées à des chaînes. La plupart de ces commerces sont situés dans l'agglomération de Québec. Le portail répertorie aussi 71 points de chute de paniers de légumes et de fruits livrés chaque semaine par des agriculteurs. Il y a également 7 marchés publics, 2 marchés virtuels dont le Marché de proximité de Québec, 9 jardins collectifs et 25 jardins communautaires.

Le portail contient un intéressant argumentaire vantant les mérites de l'approvisionnement en produits alimentaires locaux. On peut lire, entre autres, que les consommateurs recherchent des aliments de proximité principalement pour leur fraîcheur et leurs qualités gustatives. Les producteurs, eux, voient leur accès au marché amélioré, tout en limitant les coûts de transport. Ils développent également une relation privilégiée avec leurs clients et partenaires. Pour la collectivité, manger local contribue à réduire l'empreinte énergétique du système alimentaire et dynamise les économies régionales.

Manger local Québec, c'est aussi une rubrique sur Facebook consacrée à l'actualité. Le 5 décembre, le portail annonçait que 2015 était désignée Année internationale des sols par l'ONU. On peut consulter le portail à l'adresse suivante: mangerlocalquebec.info

Article d'Yvon Larose, publié dans LeFil, volume 50, No 17, le 22 janvier 2015