Don par téléphone

Contacter la fondation de l’Université Laval au 418-656-3292


Don par la poste

Imprimer cette fiche remplissez-la et postez-la avec votre paiement à l’adresse suivante :

Faculté des sciences sociales
Pavillon Charles-De Koninck
1030, av. des Sciences-Humaines
Local 3456-E
Québec (Québec) G1V 0A6

Nouvelles

L'importance d'un sommeil réparateur

27 mars 2015

L'insomnie accroît les risques d'infection chez les personnes atteintes de cancer
 
Les personnes atteintes de cancer sont plus susceptibles de contracter une infection si elles souffrent d'insomnie. Voilà ce que démontre une équipe de l'École de psychologie et du Centre de recherche du CHU de Québec dans un récent numéro de la revue Health Psychology. L'insomnie pourrait donc accroître les risques de complications chez ces personnes dont la santé est déjà mise à rude épreuve par la maladie.

Sophie Ruel, Josée Savard et Hans Ivers ont examiné le lien entre l'insomnie et le système immunitaire grâce au concours de 962 personnes qui s'apprêtaient à recevoir des traitements pour un cancer sans métastase. Les chercheurs ont ciblé ce groupe de personnes pour deux raisons. «L'insomnie compte parmi les problèmes les plus fréquents rapportés par les personnes atteintes de cancer, signale Josée Savard. Dans une étude antérieure, nous avons montré que 59% de ces patients ont des symptômes d'insomnie pendant la période périopératoire. De plus, les personnes atteintes de cancer qui reçoivent de la chimiothérapie ont déjà un fonctionnement immunitaire altéré. Un effet immunosuppresseur additionnel associé à l'insomnie pourrait augmenter davantage le risque de complications.»

À six reprises sur une période de 18 mois, les sujets qui ont participé à l'étude devaient remplir un questionnaire sur la qualité de leur sommeil et informer les chercheurs des infections de toute nature qu'ils avaient contractées depuis leur entrevue précédente. Il pouvait s'agir d'un rhume, d'une grippe, d'une infection urinaire, d'une gastroentérite ou même d'une poussée d'herpès. L'idée était de mesurer l'incidence des infections qui avaient déjoué les défenses naturelles de l'organisme.

Les données recueillies par les chercheurs indiquent que 80% des sujets ont eu au moins une infection pendant la durée de l'étude. Le risque d'infection était, en moyenne, 31% plus élevé chez les participants qui présentaient un trouble d'insomnie que chez les bons dormeurs. Ces analyses tiennent compte des autres variables qui peuvent influencer le taux d'infection, par exemple le type de cancer, les habitudes de vie en lien avec la santé, l'âge et le métier.

«Chez les personnes traitées pour un cancer, l'insomnie est associée à un risque d'infection plus élevé», résume la professeure Savard. Cette conclusion suggère qu'on pourrait réduire les risques d'infection chez les personnes traitées pour un cancer en aidant celles qui font de l'insomnie à retrouver un bon sommeil. Le traitement cognitivo-comportemental contre l'insomnie mis au point à l'École de psychologie a déjà fait ses preuves dans la population en général et auprès des personnes atteintes de cancer. Par contre, aucune étude n'a encore testé l'effet de cette intervention sur le risque d'infection.

L'équipe de Josée Savard mène maintenant une recherche financée par les IRSC afin de vérifier le rôle de l'insomnie dans l'incidence d'infections durant et après la chimiothérapie pour un cancer du sein ou de l'ovaire. «L'étude vise aussi à éclaircir les mécanismes neuro-endocriniens et immunitaires par lesquels l'insomnie augmenterait le risque d'infection», précise la chercheuse.

Article de Jean Hamann paru dans le Fil, vol. 50, No 25, le 26 mars 2015