Don par téléphone

Contacter la fondation de l’Université Laval au 418-656-3292


Don par la poste

Imprimer cette fiche remplissez-la et postez-la avec votre paiement à l’adresse suivante :

Faculté des sciences sociales
Pavillon Charles-De Koninck
1030, av. des Sciences-Humaines
Local 3456-E
Québec (Québec) G1V 0A6

Nouvelles

Un laboratoire multidisciplinaire au service de la ville

1er mai 2015

L'Unité mixte de recherche en sciences urbaines (UMR-SU), un projet de  longue haleine initié par l'Université, verra le jour dans le Parc technologique du Québec métropolitain

L'UMR-SU, qui devrait être opérationnelle en juin, veut être une référence dans le domaine des sciences urbaines par ses activités de recherche, d'innovation et de transfert de connaissances. Situé dans les locaux de Thales Canada avec des antennes à l'Université et à l'Institut national de la recherche scientifique (INRS), ce laboratoire réunira des chercheurs qui s'intéressent aux technologies intelligentes. Issus de divers domaines, ils fourniront une expertise en matière d'efficacité et fluidité urbaines, de santé, de sécurité et de gouvernance. Ils se pencheront notamment sur la mobilité durable ainsi que sur la gestion des eaux potables et usées, de l'électricité, des espaces et des infrastructures urbaines. Des applications très concrètes portant sur les parcours de déneigement, la redistribution du trafic lors d'événements spéciaux ou encore «la gestion des foules et tout ce qui concerne la sécurité publique», tel qu'évoqué par le maire de Québec, Régis Labeaume, pourraient également être développées. L'objectif ultime: améliorer les services et la qualité de vie de la population. «Ce sera une unité d'envergure avec des possibilités de recherche extrêmement élevées», prévoit Sébastien Tremblay, professeur à l'École de psychologie.

Ce projet regroupe également Christian Gagné (Département de génie électrique et de génie informatique), Sylvie Daniel, Mir Abolfazl Mostafavi (Département des sciences géomatiques), Claude-Guy Quimper (Département d'informatique et de génie logiciel), Benoit Montreuil (Département d'opérations et systèmes de décision), ainsi que des chercheurs de l'INRS et de Thales. Très bientôt, d'autres chercheurs et des partenaires grossiront les rangs de l'équipe. Il est prévu qu'une dizaine d'entreprises, pour commencer, se greffent aux différents travaux du consortium.

Il faut dire que le laboratoire ne part pas de zéro. Classée parmi les villes les plus intelligentes au monde, Québec a réalisé, au fil des ans, plusieurs projets technologiques visant à améliorer les services aux citoyens. Société française spécialisée dans l'aérospatial, la défense et les technologies de l'information, Thales n'est pas étrangère à ce climat d'innovation. Établie depuis 2009 dans le Parc technologique du Québec Métropolitain, l'entreprise y a ouvert, trois ans plus tard, un centre de recherche et de technologie. Unique en Amérique du Nord, ce centre regroupe des scientifiques de haut niveau qui pourront collaborer aux travaux de l'UMR-SU. «Jusque-là, le groupe Thales disposait de quatre centres de R&D dans le monde, qu'il opère en coopération avec des universités en France, au Royaume-Uni, aux Pays-Bas et à Singapour. Le cinquième – et nous pouvons en être fiers – est ici, à Québec. C'est quelque chose qui est fantastique pour la ville, et qui offre beaucoup de possibilités de partenariat entre Thales et l'Université Laval», se réjouit le professeur Tremblay, impatient d'entamer de nouveaux projets.

L'UMR-SU a été créée avec l'appui du ministère de l'Économie, de l'Innovation et des Exportations, qui injecte dans le projet 500 000$ par l'intermédiaire du Programme de soutien à la recherche – Volet 2. La Ville de Québec a investi le même montant dans le cadre de la Stratégie de développement économique. De son côté, Thales s'est engagé à investir 7,5 millions$ sur cinq ans dans différents projets de recherche. Ces sommes, ajoutées à celles des organismes subventionnaires, permettront de former une cinquantaine d'étudiants des cycles supérieurs et de créer plusieurs emplois spécialisés.

Plusieurs dignitaires de l'Université, de l'INRS, de Thales, de la Ville et du gouvernement provincial étaient présents lors de l'annonce de la création de l'UMR-SU, le 24 avril. «Je remercie le gouvernement du Québec de soutenir un partenariat entre les milieux universitaires, municipaux et privés, qui a été initié par l'Université Laval au printemps 2014 et qui permettra de mettre en place un écosystème d'innovation scientifique de calibre international dans le domaine émergent des sciences urbaines. L'UMR-SU mettra notamment en lumière l'importance de la formation et de la recherche dans tout grand projet de développement social et économique», a souligné le recteur Denis Brière.

Article de Matthieu Dessureault paru dans leFil, volume 50, numéro 28 | 29 avril 2015