Don par téléphone

Contacter la fondation de l’Université Laval au 418-656-3292


Don par la poste

Imprimer cette fiche remplissez-la et postez-la avec votre paiement à l’adresse suivante :

Faculté des sciences sociales
Pavillon Charles-De Koninck
1030, av. des Sciences-Humaines
Local 3456-E
Québec (Québec) G1V 0A6

Nouvelles

Régis Labeaume n'a pas tenu ses promesses, déplore un professeur

29 mai 2015

Alors que Régis Labeaume a promis, en 2008, de «faire des choses folles avec les immigrants», le maire de Québec n’a pas tenu ses promesses, regrette un expert de l’Université Laval (UL).

Kamel Beji, professeur au Département des relations industrielles de l’UL, n’a pas mâché ses mots, à quelques jours du Congrès international sur l’immigration, l’intégration et l’inclusion. L’événement, au cours duquel 116 conférences seront prononcées, est organisé par l’UL du 31 mai au 3 juin à l’hôtel Pur de Québec.

«On ne voit pas de folies du tout. Le maire est resté extrêmement sage. Il n’y a pas de politique claire de la Ville de Québec pour l’intégration des immigrants, qu’ils soient qualifiés ou non qualifiés», a déploré le professeur. Selon lui, «la municipalité se contente de gérer, bon gré, mal gré, les réfugiés qu’on lui impose.»

M. Beji se rappelle notamment «l’accueil froid» que lui aurait réservé la conseillère Michelle Morin-Doyle il y a quelques années, lorsqu’il a été question de financer une Chaire de recherche sur l’intégration des personnes immigrantes en région. Ce projet n’a d’ailleurs toujours pas vu le jour, car le budget n’a pas été bouclé. «On a senti qu’il n’y avait aucun intérêt de la Ville, a soutenu l’expert. La conseillère renvoyait le tout au ministère de l’Emploi.»

Lente évolution

Kamel Beji admet que la Ville «fait des efforts» depuis que la conseillère Chantal Gilbert a hérité du dossier du développement social et des communautés culturelles, à la fin de 2013. Un employé municipal a même été prêté à l’UL pour aider à l’organisation du congrès de la semaine prochaine.

Interrogée par Le Journal, Mme Gilbert a insisté sur les efforts de la Ville depuis 18 mois. Elle a parlé d’un comité de travail créé pour coordonner les efforts des divers intervenants. La multiplication des activités d’intégration auprès des immigrants, ainsi que les mises à jour apportées au site internet de la Ville font partie de ces améliorations, a-t-elle fait remarquer.

La récente disparition du Bureau des relations internationales (BRI) à la Ville arrange bien la conseillère. «Le fait que le dossier soit désormais sous la gouverne du développement social fait en sorte que les actions sont menées de façon différente», a lâché Chantal Gilbert.

Article de Taïeb Moalla, publié dans Le Journal de Québec, mardi le 26 mai 2015