Don par téléphone

Contacter la fondation de l’Université Laval au 418-656-3292


Don par la poste

Imprimer cette fiche remplissez-la et postez-la avec votre paiement à l’adresse suivante :

Faculté des sciences sociales
Pavillon Charles-De Koninck
1030, av. des Sciences-Humaines
Local 3456-E
Québec (Québec) G1V 0A6

Nouvelles

Camille Pépin, diplômée en psychologie

12 juin 2015

Un rassemblement de plus en plus populaire

Année après année, le nombre de participants à la collation des grades augmente. D'ici le 14 juin, plus de 4 250 finissants monteront sur scène pour recevoir leur diplôme, soit une augmentation de 2% par rapport à 2014. L'Université compte cette année 11 468 diplômés. Camille Pépin fait partie des quelque 2 100 étudiants qui obtiendront le précieux document lors d'une cérémonie la fin de semaine prochaine. Son baccalauréat en psychologie, elle l'aura mérité. D'abord, parce qu'elle a maintenu une excellente moyenne cumulative en dépit de sa carrière d'athlète au sein du club de ski de fond Rouge et Or. Ensuite, parce qu'elle a participé à un important projet de recherche dans le Nord qui concerne la santé des Inuits. Mais aussi parce qu'elle est parvenue à transmettre sa passion du sport à une cinquantaine de jeunes du Nunavik, où elle a fondé un club de ski de fond. Elle veut maintenant élargir le projet à l'ensemble des 14 communautés de cette région marquée par la pauvreté. «Bien souvent, dans les milieux défavorisés, les enfants n'ont pas l'occasion d'apprendre et de s'épanouir. L'objectif du club est d'utiliser le sport pour encourager des valeurs tels le dépassement de soi, l'esprit d'équipe et l'engagement», explique-t-elle.

On peut le dire, la collation des grades représente pour Camille Pépin l'aboutissement de plusieurs années de détermination et d'excellence. Elle marque aussi le début d'une nouvelle étape pour celle qui entamera un doctorat en psychologie cet automne. «Je serai dans le nord du Québec la veille de la cérémonie, mais je reviendrai à temps pour ne pas manquer ce moment!», conclut, enthousiaste, la future psychologue clinicienne.

Source : LeFil, vol. 50 No 31 | 11 juin 2015