Don par téléphone

Contacter la fondation de l’Université Laval au 418-656-3292


Don par la poste

Imprimer cette fiche remplissez-la et postez-la avec votre paiement à l’adresse suivante :

Faculté des sciences sociales
Pavillon Charles-De Koninck
1030, av. des Sciences-Humaines
Local 3456-E
Québec (Québec) G1V 0A6

Nouvelles

Sociologie : résultats de recherche

27 juillet 2015

 

Menée à terme par une équipe de deux chercheurs et quelques collaborateurs ponctuels, la recherche a permis de mettre en lumière le rôle de premier plan qui est joué par le Cégep de la Gaspésie et des Îles-de-la-Madeleine (CGÎM) dans les domaines de l’économie et du développement régional.

Les chercheurs en sont venus à un portrait régional de l’emplacement du CGÎM qui montre à quel point il est important d’y prêter attention. Depuis la fin des années 1980, la population de la région est dans une situation de déclin continu qui implique de nombreux défis pour l’institution d’enseignement. Le premier défi s’explique par le recrutement qui se fait difficilement, considérant le fait que les 19 ans et moins sont passés de 23 % en 2001 à 17 % en 2013. C’est donc avec tous ces éléments, plus une problématique de rétention des jeunes et un taux de chômage régional qui a haussé de 3,8 % entre 2011 et 2013 que le CGÎM est devenu, grâce à l’augmentation du poids économique du secteur des services, « l’un des principaux employeurs de la région, avec plus de 1,4 % de tous les emplois en 2014 ».

Ce dernier élément est révélateur de l’importance du CGÎM en tant qu’acteur économique majeur pour la région. Le Cégep emploi 514 personnes sur ses quatre campus situés à Gaspé, aux Îles-de-la-Madeleine, à Grande-Rivière et à Carleton, couvrant ainsi de manière stratégique une grande portion du territoire. Cette couverture rend possible l’accessibilité des jeunes à la poursuite d’études postsecondaires universelles et de qualité. Le CGÎM occupe également une place très importante dans la formation des jeunes professionnels des domaines qui sont liés aux créneaux économiques de la région : industrie récréotouristique, secteur halieutique et filière éolienne.

C’est en « recomposant la toile des relations existant entre le Cégep et son milieu régional [qu’ils ont] pu constater à quel point cette institution accomplit, parallèlement à sa mission institutionnelle, des fonctions de développement économique et territorial, en plus de contribuer substantiellement à la rétention des jeunes et à l’attraction des diplômés dans la région ». Entre 2013 et 2014, le CGÎM dépensait 74 % de la totalité de son budget en investissant dans la masse salariale. « Selon les résultats de la simulation, les dépenses de consommation associées à ces salaires ont généré près de 131 emplois directs et indirects, en plus de contribuer à hauteur de 11 millions au PIB régional, qui est d’environ 2,8 milliards ».

Les chercheurs
François L’Italien est chercheur pour l’IRÉC et doctorant en sociologie de l’UL, où il est d’ailleurs professeur associé.  Il travaille également au sein du Groupe de recherche en économie de la forêt (GRÉFOR) et du Collectif d’analyse de la financiarisation du capitalisme avancé (CAFCA).

De son côté, Jean-François Spain est enseignant au Cégep de la Gaspésie et des Îles et possède une maîtrise en gestion de projet. Il a entre autres publié des ouvrages sur le modèle patrimonial de gestion des ressources naturelles en Gaspésie et il occupe le poste de coordonnateur du Forum régional Gaspésie 21e siècle.

Source :http://www.fecq.org/wp-content/uploads/2015/04/Recherche_economique_Cegep-de-la-Gaspesie-et-des-Iles1.pdf