Don par téléphone

Contacter la fondation de l’Université Laval au 418-656-3292


Don par la poste

Imprimer cette fiche remplissez-la et postez-la avec votre paiement à l’adresse suivante :

Faculté des sciences sociales
Pavillon Charles-De Koninck
1030, av. des Sciences-Humaines
Local 3456-E
Québec (Québec) G1V 0A6

Nouvelles

Élections Canada 2015

15 septembre 2015

Épreuve des faits :  La création d'un programme universel de garderies à 15 $ par jour est l'une des promesses clés du Nouveau Parti démocratique (NPD). Son chef, Thomas Mulcair, affirme qu'il pourrait mettre ce programme en place assez rapidement une fois élu. Est-ce réaliste ?

Vérification faite : ce n'est pas impossible, mais il faudra d'abord convaincre les provinces.     

Le NPD a pour ambition de créer d'ici huit ans 1 million de places en garderies, un projet de 5 milliards $. Jusqu'à 40 % de ces places seraient financées par les provinces, selon le parti.  La proposition a reçu un accueil mitigé jusqu'à maintenant. La plupart des provinces jonglent déjà avec des budgets déficitaires, dont l'Alberta, qui vient d'élire un gouvernement néo-démocrate. Cette année seulement, son déficit atteindra 6 milliards $. Le NPD précise que le partage des coûts de 60/40 est « une proposition pour s'assoir à la table de discussion ». « Effectivement, ça pourrait changer selon la province », ajoute-t-il.     

Des négociations difficiles à prévoir    
Selon le directeur du Département de science politique de l'Université de Moncton, Roger Ouellette, il faudrait un gouvernement néo-démocrate majoritaire pour que se réalise cette promesse. Sinon, sachant qu'un autre parti pourrait prendre le pouvoir deux ans plus tard, les provinces risquent de refuser de s'engager dans des négociations. « [C'est] encore moins réaliste s'il s'agit d'un gouvernement minoritaire, dont la durée de vie dépasse rarement les 24 mois », ajoute-t-il.    

Les programmes à coûts partagés sont généralement une pomme de discorde, rappelle pour sa part le professeur du Département de science politique de l'Université Laval Réjean Pelletier. La raison est qu'au fil du temps, la part des provinces a tendance à augmenter et, en conséquence, celle d'Ottawa à diminuer, notamment en santé.

Un prix variable?    
Le NPD  ne précise pas si son tarif de 5 $ par jour serait imposé à toutes les provinces. Le Québec, qui a déjà son programme de garderies depuis plus de 15 ans, a un tarif de base moins élevé, à 7,30 $ par jour. Ce taux est modulé depuis le budget 2015 selon les revenus des parents et peut atteindre 20 $.

Article de Denis-Martin Chabot, paru sur le site de IciRadio-Canada.ca, le 11 septembre 2015