Don par téléphone

Contacter la fondation de l’Université Laval au 418-656-3292


Don par la poste

Imprimer cette fiche remplissez-la et postez-la avec votre paiement à l’adresse suivante :

Faculté des sciences sociales
Pavillon Charles-De Koninck
1030, av. des Sciences-Humaines
Local 3456-E
Québec (Québec) G1V 0A6

Nouvelles

Les chercheurs québécois en études fédérales rayonnent

25 septembre 2015

Qu’en est-il du rayonnement des études et recherches des chercheurs québécois en sciences politiques ? Sont-elles reçues différemment à l’international, notamment en Europe, et dans le reste du Canada ?

« J’avais remarqué en lisant des études produites par des chercheurs canadiens-anglais que ceux-ci ne citaient pas certains chercheurs québécois dont les propos cadraient pourtant bien avec le sujet de l’étude en question », explique François Rocher, professeur à l’École d’études politiques de l’Université d’Ottawa. Ne voulant pas se fier à une simple impression, il a choisi de pousser plus loin et a donc mené une étude quantitative sur la question.

« Des 45 000 citations recensées dans des publications canadiennes-anglaises en sciences politiques, seulement 5 % provenaient de chercheurs québécois. Pourtant, le Québec produit 22 % des études en sciences politiques au Canada. » Et, fait encore plus étonnant, on trouve le même faible pourcentage de citations québécoises dans les études canadiennes-anglaises portant sur le fédéralisme canadien. François Rocher a même vérifié si le fait pour un chercheur québécois de publier en anglais augmentait ses chances d’être cité dans un ouvrage canadien-anglais. « Que l’on publie en anglais ou en français, ça ne change rien au pourcentage. »

Pistes d’explication

Comment expliquer cette situation ? Sans prétendre connaître la réponse, puisqu’il n’a pas effectué de recherche à ce sujet, François Rocher y va tout de même de quelques hypothèses. La première repose, selon lui, sur « un phénomène de socialisation. Les chercheurs canadiens-anglais ne connaissent pas les chercheurs québécois. Par exemple, avant de rédiger sa thèse, un étudiant au doctorat doit d’abord passer un examen de synthèse pour lequel son professeur lui fournit une liste de lecture obligatoire d’environ 70 ouvrages. Dans les universités canadiennes-anglaises, cette liste de lecture comprend peu d’ouvrages de chercheurs québécois ».

La deuxième est la perte du bilinguisme. « Dans les années 1950 et 1960, les chercheurs canadiens-anglais étaient en grande majorité bilingues. Mais aujourd’hui, cette exigence n’existe plus et bon nombre de chercheurs canadiens-anglais ne savent même pas lire le français. »

Il avance une troisième hypothèse, basée cette fois sur le sujet des études en sciences politiques. « L’approche, et par conséquent le choix des sujets, diffère au Québec et dans le reste du Canada. Au Québec, l’approche est plus théorique. Les chercheurs québécois vont s’intéresser à des questions comme l’autonomie, l’identité et le nationalisme, etc. Les Canadiens anglais ont une approche plus pragmatique. Ils vont s’intéresser à l’efficacité des politiques publiques. Par exemple, sur un sujet comme un réseau public de garderies, au Québec, on va s’intéresser au fait de savoir s’il est de compétence provinciale, au Canada anglais, on va s’intéresser au fait de savoir si ça peut marcher. »

Et maintenant en Europe

Guy Laforest, professeur de sciences politiques à l’Université Laval, est formel : « Les chercheurs québécois en sciences sociales et politiques sont très bien reçus en Europe, non seulement en France et dans les pays où l’on trouve des locuteurs francophones, évidemment, mais aussi au Royaume-Uni, en Allemagne, en Espagne, etc. »

Comment explique-t-il cet accueil ? Il l’attribue en partie à une situation générationnelle. « Les premiers chercheurs en sciences sociales au Québec, les Dion et Dumont, ont réalisé des oeuvres colossales. Mais ces oeuvres ont été réalisées en français et cette génération de chercheurs a très peu communiqué en anglais. De plus, leurs liens internationaux se sont faits surtout avec des collègues français et ils ont peu cherché à établir des liens hors de France. Ma génération, celle qui arrive à soixante ans, n’a pas eu le même parcours. D’une part, certains d’entre nous ont fait une partie de leur formation en anglais et plusieurs ont publié en anglais. Cela nous a permis de tisser des liens avec des chercheurs dans plusieurs pays européens. Aujourd’hui, les chercheurs québécois ont un excellent réseau de contacts avec des chercheurs européens, ce qui mène à de nombreux échanges. »

D’autre part, l’approche et le choix des sujets d’étude des chercheurs québécois sont aussi un facteur de rapprochement avec les collègues européens. « L’approche des chercheurs québécois et les sujets de leurs recherches, comme l’autonomie, le pluralisme dans une société démocratique, les questions de fédéralisme et de souveraineté, le droit des minorités, par exemple, ont aujourd’hui beaucoup de résonance chez les chercheurs européens. Ce sont des terrains de recherche communs. De plus, le chercheur québécois est en mesure de voir plusieurs points de vue et c’est très apprécié de nos collègues européens. Par exemple, sur une question comme la Catalogne, un chercheur québécois est capable de comprendre le point de vue de Barcelone et aussi celui de Madrid. »

Solution au problème canadien-anglais

Comment faire pour augmenter le rayonnement des chercheurs québécois auprès de leurs collègues canadiens-anglais ? Selon Guy Laforest, il n’y a qu’une seule solution. « Il faut que les directions des universités et collèges canadiens-anglais aient la volonté de s’assurer que leurs étudiants possèdent une connaissance des chercheurs québécois. Il y a eu une sorte de démission du corps professoral canadien-anglais à cet égard et il faut que les directions rétablissent la situation. » Pour sa part, François Rocher avance qu’il est impensable que des chercheurs en sciences politiques, et surtout ceux qui s’intéressent à la politique canadienne, ne maîtrisent pas le français. « Le bilinguisme devrait être obligatoire pour tous les étudiants canadiens-anglais qui étudient la politique canadienne. Sinon, ils n’auront qu’une perception partielle de la politique canadienne et une compréhension limitée de la dynamique politique canadienne. »

Article de Pierre Vallée, paru sur le site Internet du Devoir, le 25 septembre 2015