Don par téléphone

Contacter la fondation de l’Université Laval au 418-656-3292


Don par la poste

Imprimer cette fiche remplissez-la et postez-la avec votre paiement à l’adresse suivante :

Faculté des sciences sociales
Pavillon Charles-De Koninck
1030, av. des Sciences-Humaines
Local 3456-E
Québec (Québec) G1V 0A6

Nouvelles

Interdire les sondages pendant des élections?

16 octobre 2015

Une tonne de sondages ont été publiés depuis le début de la plus longue campagne électorale de l’histoire du Canada. La semaine dernière, des sondages électoraux contradictoires sont venus relancer le débat: faut-il règlementer les sondages en fin de campagne électorale?

Selon Patrick Préville, président d’Indice RP, une firme de relations publiques spécialisée notamment en mesure d’impact, «les résultats de sondages en temps d’élections peuvent influencer les choix des électeurs», «une situation inacceptable en démocratie», selon lui.

Dans une lettre d’opinions publiée dans les médias l’année dernière et qu’il juge plus que jamais d’actualité en 2015, ce dernier écrit que les sondages amplifient le phénomène du vote stratégique (au détriment des convictions), provoquent un effet d’entrainement (être du côté des gagnants) ou un sentiment de fausse confiance ou de découragement (désengagement).

Il cite notamment une étude française de MediaMento réalisée en 2012 auprès de 1000 personnes pendant trois jours. Près de 25% d’entre-elles ont ainsi changé de favori en cours de route selon les résultats de sondages qui leur étaient exposés, indique M. Préville qui pense qu’en temps d’élections les sondages devraient être réglementés, voire interdits.

Le professeur de sciences politiques à l’Université Laval, François Pétry, prend cette étude avec précaution étant donné que seul le résumé est accessible. «Sur le plan scientifique, ça parait raisonnable, mais je doute que ce soit applicable au Canada où il y a beaucoup moins de candidats que dans l’expérience française (10). Comme les chefs sont déjà connus des électeurs, l’effet de changement serait probablement moindre», dit-il.

Quant à l’effet de vote stratégique, «les recherches ont montré que l’effet bandwagon se matérialise rarement au Québec et au Canada. Pas suffisamment en tout cas pour justifier qu’on interdise la publication des sondages», ajoute M. Pétry, qui note que l’interdiction des sondages électoraux au fédéral a été considérablement assouplie en 2000 et qu’il n’y a pas d’interdiction au Québec.

En 1998, la Cour suprême du Canada a en effet invalidé une disposition de la Loi électorale du Canada qui interdisait la publication de sondages plusieurs jours avant le vote. Motifs retenus: la liberté d’expression, et le droit du public à l’information. La France a fait de même en 2002.

En contrepartie, le diffuseur du sondages et les médias qui le reprennent pendant les premières 24 heures doivent indiquer qui a commandé le sondage, qui l’a réalisé, durant quelle période, le nombre de personnes sondées et la marge d’erreur éventuellement applicable. Des règles qui ne sont pas toujours suivies par les médias.

Les sondeurs ont connu plusieurs ratés ces dernières années, notamment lors des élections de 2012 en Alberta, ou de 2013 en Colombie-Britannique. S’il convient que les sondages sont moins fiables qu’avant, M. Pétry note que cela est dû à la diversification des modes d’administration qui ne sont plus uniquement basés sur les appels téléphoniques. «Il y aussi un désenchantement vis-à-vis des politiciens qui a fait augmenter le taux de non réponse par trois depuis 30 ans. Sans parler du fait que l’opinion est plus volatile et que les sondeurs ont du mal à évaluer la répartition des indécis», note-t-il.

Article de Mathias Marchal, publié sur le site Internet journalmetro.com, le 16 octobre 2015