Don par téléphone

Contacter la fondation de l’Université Laval au 418-656-3292


Don par la poste

Imprimer cette fiche remplissez-la et postez-la avec votre paiement à l’adresse suivante :

Faculté des sciences sociales
Pavillon Charles-De Koninck
1030, av. des Sciences-Humaines
Local 3456-E
Québec (Québec) G1V 0A6

Nouvelles

Ils ont dit

5 novembre 2015

Claudine Parent et François Pétry sur les défis des familles recomposées, les promesses électorales du gouvernement Couillard

Sur les défis des familles recomposées
De nombreux problèmes se posent sur la route de ceux qui tentent de fonder une famille recomposée, particulièrement dans les premières années. Contrairement à un couple traditionnel, qui dispose de temps pour aplanir les difficultés, le nouveau couple se retrouve immédiatement avec des enfants. «Il faut solidifier les liens conjugaux et, en même temps, travailler ensemble à l'éducation des enfants», souligne Claudine Parent. Il n'est toutefois pas obligatoire que le beau-parent et les enfants du conjoint s'aiment. «Ça se peut qu'il n'y ait pas d'affinités... L'amour n'est pas instantané, mais il faut absolument qu'il y ait du respect dans les deux sens.»

Claudine Parent, École de service social
La Presse Plus, 2 novembre

Sur les promesses électorales du gouvernement Couillard
Après un an et demi au pouvoir, le gouvernement Couillard a déjà réalisé plus de la moitié de ses promesses électorales. Ses 82 engagements remplis le placent bon premier devant le gouvernement de Pauline Marois (57 en 2012) et les deux gouvernements de Jean Charest (54 en 2007 et 49 en 2003) après moins de deux années au pouvoir. François Pétry rappelle que la gestion très rigoureuse des dépenses de l'État figurait parmi les promesses du Parti libéral en 2003, comme en 2014. «En 2003, dit-il, il y avait une résistance intense au Conseil des ministres. Il y a davantage d'unité au gouvernement Couillard.»

François Pétry, Département de science politique
Le Devoir, 27 octobre

Source : le Fil