Don par téléphone

Contacter la fondation de l’Université Laval au 418-656-3292


Don par la poste

Imprimer cette fiche remplissez-la et postez-la avec votre paiement à l’adresse suivante :

Faculté des sciences sociales
Pavillon Charles-De Koninck
1030, av. des Sciences-Humaines
Local 3456-E
Québec (Québec) G1V 0A6

Nouvelles

Hommes en détresse

1er avril 2016

Dans le cadre de ses recherches, le professeur et chercheur Gilles Tremblay, directeur de l'École de service social, indique que deux hommes sur trois hésitent à demander de l’aide psychologique en période de crise.

Si Superman et Batman existaient, ils souffriraient probablement de dépression. Les hommes qui aspirent à être des superhéros sont ceux qui hésitent le plus à demander de l’aide et qui sont plus à risque de souffrir, révèle une récente étude.

Si l’homme moderne est un père plus présent, plus engagé dans le partage des tâches domestiques, et est capable de parler de ses émotions, il lui est encore très difficile de demander de l’aide en période de crise.

Dans un sondage de la firme SOM réalisé auprès de plus de 2 000 hommes dans le cadre des recherches du chercheur Gilles Tremblay à l’Université Laval, 57,8 % des répondants ont indiqué qu’ils hésitaient à demander de l’aide, même s’ils pensent que cela résoudrait leurs problèmes plus facilement. «C’est quand même assez inquiétant», dit le chercheur.

Photo de vignette : Fotolia.

Hommes en détresse, Journal de Montréal, 1er avril 2016