Don par téléphone

Contacter la fondation de l’Université Laval au 418-656-3292


Don par la poste

Imprimer cette fiche remplissez-la et postez-la avec votre paiement à l’adresse suivante :

Faculté des sciences sociales
Pavillon Charles-De Koninck
1030, av. des Sciences-Humaines
Local 3456-E
Québec (Québec) G1V 0A6

Nouvelles

CROP et la Chaire de recherche sur la démocratie et les institutions parlementaires sont devenus partenaires !

14 octobre 2011

La maison de sondage CROP et la Chaire de recherche sur la démocratie et les institutions parlementaires de l’Université Laval ont signé une entente de partenariat d’une durée initiale de trois ans. En vigueur depuis le 1er septembre dernier, l’entente a été lancée officiellement le jeudi 13 octobre 2011.

 

 

 

 

 

 


Sur la photo: François Gélineau, titulaire de la Chaire, Youri Rivest,
vice-président de CROP, François Blais, doyen de la Faculté des
sciences sociales, Éric Montigny, directeur exécutif de la Chaire.


En vertu de cette nouvelle entente :

- CROP versera, au cours des trois prochaines années, six mille dollars à la Fondation de l’Université Laval afin que des bourses d’excellence soient offertes aux étudiants des 2e et 3e cycles.
- Une fois par année, CROP accueillera un stagiaire à temps complet dans ses bureaux montréalais pour une durée de quinze semaines, le rémunérant au taux en vigueur à l’Université Laval. Le stage sera également crédité.
- CROP rendra disponible la base de données de ses sondages sociopolitiques mensuels – aussi connus sous le nom de « sondages omnibus » - pour toute la durée de l’entente. L’accès à ces banques de données sera toutefois réservé aux personnes rattachées à certains projets.
- Enfin, CROP réalisera par Internet, au moins deux fois par année, un sondage CROP-La Chaire de recherche sur la démocratie et les institutions parlementaires.

Pour le professeur au Département de science politique et titulaire de la Chaire de recherche sur la démocratie et les institutions parlementaires, Monsieur François Gélineau, l’entente avec CROP éclaircit l’horizon, car « elle facilitera l’atteinte des grands objectifs de la Chaire », créée en 2007 dans le but de promouvoir, de développer et de coordonner des activités de recherche et de formation sur les questions relatives aux institutions démocratiques et parlementaires. Mais si l’entente favorise la Chaire, elle ne fait pas de perdants chez CROP non plus. « Au cours des dernières années, notre développement a été étroitement lié à celui de grandes entreprises comme le Cirque du Soleil, qui nous ont emmenés sur la scène internationale. Aujourd’hui, nous ressentons le besoin de « rentrer à la maison » et de renouer avec nos racines. Et comme les institutions parlementaires et la vie démocratique prennent de plus en plus d’importance au Québec, nous avons envie de mieux comprendre ce qui s’y passe, de savoir ce qu’en pensent les Québécois et de leur tendre un miroir juste afin qu’ils puissent eux-mêmes mieux se comprendre. Et c’est pour y arriver que nous nous sommes associés à la Chaire », explique Youri Rivest, vice-président chez CROP.

Il reste que l’entente entre CROP et la Chaire de recherche sur la démocratie et les institutions parlementaires constitue un précédent qui ne peut être ignoré : jusqu’alors, la Chaire n’avait comme partenaires que des institutions publiques, telle l’Assemblée nationale du Québec, le Commissaire au lobbyisme, le Directeur général des élections ou encore le Protecteur du citoyen. L’entente avec CROP change un peu la donne. « Elle constitue un saut symbolique important en ce qu’elle associe la Chaire à une entreprise privée qui, contrairement aux autres partenaires de la Chaire, n’est pas au service exclusif de la démocratie », commente François Blais, doyen de la Faculté des sciences sociales. « Par contre, CROP est une organisation qui est extrêmement présente dans notre vie démocratique. Et que l’on soit pour ou contre, les sondages ont un impact important sur la vie politique et les choix des citoyens. De ce fait – et parce que CROP fait partie du panorama démocratique - je suis convaincu qu’il fallait signer cette entente de partenariat, qui profitera à nos étudiants et à nos chercheurs sans mettre en péril leur autonomie ou liberté d’expression », affirme-t-il avec conviction, avant de rappeler que dans le cadre de sa mission, la Chaire a le devoir de poser toutes les questions possibles, « celles qu’on aime, comme celles qu’on n’aime pas ». À ce chapitre, les étudiants qui auront la chance d’aller faire un stage chez CROP seront bien placés pour trouver les « bonnes questions », car ils pourront observer de près les procédés et méthodes de la maison de sondage. Et sans nul doute que l’accès aux banques de données de CROP ou la réalisation de sondages en partenariat favorisera la liberté académique en élargissant les perspectives de recherche.