Don par téléphone

Contacter la fondation de l’Université Laval au 418-656-3292


Don par la poste

Imprimer cette fiche remplissez-la et postez-la avec votre paiement à l’adresse suivante :

Faculté des sciences sociales
Pavillon Charles-De Koninck
1030, av. des Sciences-Humaines
Local 3456-E
Québec (Québec) G1V 0A6

Nouvelles

Les étudiants en sciences sociales, une relève pour la fonction publique

25 mai 2012

Les étudiants de la Faculté des sciences sociales ont accès à une panoplie grandissante de stages au sein du gouvernement. Une augmentation qui s’explique par l’intérêt croissant des étudiants pour ce type de stages, mais aussi par l’augmentation des partenariats entre l’Université Laval et le monde de la fonction publique.

Plusieurs bénéfices s’offrent à ceux qui désirent poursuivre leur formation dans la fonction publique. « Ce type de stages permet à l’étudiant de connaître la réalité de la fonction publique et de voir s’il aime ça, explique Stéphanie-Sophie Gilbert, conseillère en emploi au Service de placement de l'Université Laval. Il peut développer son autonomie et son sens de l’organisation du travail, mais aussi se constituer un réseau de contacts et créer des liens avec le milieu. La majorité des étudiants se font offrir un emploi ou un contrat à la fin de leur stage. » 

Larissa RoyC’est le cas notamment de Larissa Roy, à qui le ministère de l’Emploi et de la Solidarité sociale a offert de poursuivre son contrat pour la période estivale. Une expérience des plus enrichissantes pour cette finissante en psychologie. « Ça me permet de mettre en pratique mes acquis en psychologie et de découvrir que la fonction publique m’intéresse. »

Depuis janvier, son travail est de recueillir au téléphone les témoignages d’orphelins de Duplessis qui demandent à être indemnisés par le gouvernement provincial. Nommés ainsi en référence au premier ministre de l’époque, ils représentent des milliers d’orphelins ayant reçu un faux diagnostic psychiatrique dans les années 50.

Larissa Roy dans son milieu de stage 

Récolter des témoignages auprès de ces gens représente un travail délicat, certes, mais bien encadré. « Oui, c’était dur comme stage ! Les gens à qui on parle n’ont pas vécu des choses faciles. Certains n’avaient même jamais raconté leur histoire ! Mais ça se passe bien, on nous a formés pour être en mesure de répondre à leurs attentes. »

Même son de cloche chez Jessy Gélinas, une bachelière en affaires publiques et relations internationales qui se dit extrêmement satisfaite de son stage au ministère des Relations internationales. « On est bien encadré, les responsables sont toujours là pour répondre à nos questions. J’ai pris confiance en mes capacités ! », se réjouit-elle, ajoutant du même souffle: « J’ai réalisé qu’il y a de la place pour les étudiants dans la fonction publique ! Contrairement à certains préjugés, tous mes collègues sont jeunes, dynamiques et engagés ! »