Don par téléphone

Contacter la fondation de l’Université Laval au 418-656-3292


Don par la poste

Imprimer cette fiche remplissez-la et postez-la avec votre paiement à l’adresse suivante :

Faculté des sciences sociales
Pavillon Charles-De Koninck
1030, av. des Sciences-Humaines
Local 3456-E
Québec (Québec) G1V 0A6

Nouvelles

Le tourment des «entendeurs de voix»

18 janvier 2013

Par Pierre Pelchat

La psychoéducatrice Brigitte Soucy et la professeure à l'École de service social Myreille St-Onge, ont rédigé un guide d'animation et de formation de groupes pour aider les personnes qui ont des hallucinations auditives à mieux vivre avec les voix.

Selon la professeure, les gens qui entendent des voix vivent souvent une grande détresse. «Si tu dis que tu entends des voix bizarres, on va dire que tu es bizarre. Donc, on n'en parle pas de peur de se faire enfermer. C'est un sujet tabou», a-t-elle dit.

«Ces personnes sont terrifiées parce qu'elles entendent des voix. Vous vous ramassez dans le coin et vous obéissez. La voix peut dire : "si tu le dis, je te tue". Ça rajoute à la peur que la personne a déjà. Les réunions de groupe amènent à déconstruire cette peur et d'être calme devant les voix», a-t-elle ajouté.

Elle déplore qu'on résume le phénomène des hallucinations auditives à des voix mandatoires ou des ordres de tuer. «La majorité des voix ne sont pas mandatoires. Elles peuvent être prédicatrices, conseillères, amicales, injurieuses. On commence à décortiquer les fonctions des voix», a dit Mme St-Onge.

On estime qu'environ 4 % des gens entendent des voix de façon régulière. Les personnes qui entendent des voix moins souvent sont plus nombreuses. «Selon des études, 70 % de ces personnes ont vécu un traumatisme important. Les voix seraient une réaction pour se protéger. Ce serait un mécanisme de défense», a avancé Brigitte Soucy.

Un phénomène réel, selon un psychiatre

Non sans quelques bémols, le psychiatre Marc-André Roy prête foi à la possibilité que des gens aient des hallucinations auditives sans pour autant avoir été diagnostiqués schizophrènes.

«J'ai accueilli ça avec beaucoup de scepticisme. C'est très récemment que je me suis convaincu de la véracité de ce phénomène. C'est un domaine de recherche très sérieux. Il y a un phénomène réel de gens qui entendent des voix», a affirmé le médecin.

Le Dr Roy est chef de service au programme des troubles psychotiques au centre Robert-Giffard (Institut universitaire en santé mentale de Québec). Il est également professeur à la Faculté de médecine à l'Université Laval et un des directeurs du Centre de recherche de l'Institut.

«Les études récentes que j'ai lues montrent qu'effectivement, on en arrive à la conclusion que ces personnes n'ont pas de schizophrénie après avoir passé des entrevues diagnostiques rigoureuses, mais elles présentent certaines manifestations qui ressemblent à de la schizophrénie», a-t-il nuancé.

Il a souligné qu'un diagnostic de schizophrénie est posé lorsque la personne a un problème de fonctionnement, que la performance au travail est altérée et qu'il y a une souffrance importante pendant une période de six mois.

Traumatismes

Le médecin est d'avis qu'il y a un lien entre des traumatismes et le fait d'entendre des voix comme il y a un lien, selon plusieurs études, entre la psychose et les traumatismes vécus dans l'enfance.

Il est également possible que des gens continuent d'avoir des hallucinations auditives après avoir été traités en psychiatrie. «Même avec les traitements les plus efficaces, il y a des situations où ça va persister. Je comprends que les gens puissent faire le choix de dire que les médicaments, c'est assez et que je vais essayer de travailler psychologiquement. C'est tout à fait légitime comme choix», a dit le psychiatre.

«On pourrait enlever complètement les hallucinations auditives avec un médicament, mais il y aurait tellement d'effets indésirables que les gens aiment autant rester avec un peu d'hallucinations et de vivre. Il y a des choix à faire», a-t-il poursuivi.

Le Dr Roy n'en reconnaît pas moins l'utilité de la thérapie de groupes au Pavois. «Se retrouver là-bas dans une ambiance agréable, j'ai bien de la misère à être contre ça.»

source : Journal Le Soleil