Don par téléphone

Contacter la fondation de l’Université Laval au 418-656-3292


Don par la poste

Imprimer cette fiche remplissez-la et postez-la avec votre paiement à l’adresse suivante :

Faculté des sciences sociales
Pavillon Charles-De Koninck
1030, av. des Sciences-Humaines
Local 3456-E
Québec (Québec) G1V 0A6

Événements

Colloque de l'ODSEF

« Flux migratoires et mobilités scientifiques dans l'enspace francophone, vers un état des lieux »

L’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) regroupe, sur cinq continents, un ensemble de 80 États et gouvernements qui ont le statut de membres ou d’observateurs au sein de cette institution. La volonté de favoriser les échanges entre ces différents pays et gouvernements a été plusieurs fois réaffirmée, conduisant à cette idée, largement reprise au cours des dernières années, du développement et de la consolidation d’un espace économique francophone.

Évidemment, la mobilité des personnes s’avère un des enjeux centraux permettant d’assurer le dynamisme de cet espace franco- phone. C’est ainsi que l’article 29 de la Déclaration adoptée lors du Sommet de Kinshasa en 2012 énonce: «Nous nous engageons à créer, au sein de l’espace francophone, les conditions propices à la mobilité des personnes, en particulier les jeunes, les univer- sitaires, les artistes et les acteurs économiques et culturels.». Au Sommet 2014 à Dakar, les instances de l’OIF ont entériné une stratégie jeunesse ainsi qu’une stratégie économique au sein desquelles se retrouvaient notamment les questions de mobilités des individus. Les Chefs d’État et de gouvernement des pays ayant le français en partage ont ainsi signé la Déclaration du XVe Sommet dont le chapitre 27 précise qu’ils « veilleron[t] à faciliter la mobilité des entrepreneurs, des femmes et des jeunes ».

Si l’on peut croire que ces engagements politiques auront des répercussions dans les années à venir, qu’en est-il, à ce jour, de ces mobilités des personnes à l’intérieur de l’espace francophone ? En effet, cet espace est déjà traversé par des échanges migratoires fort variés. Comment ont évolué les tendances dans ce domaine depuis le début du 21ième siècle, plus particulièrement au Québec, au Canada et en Wallonie-Bruxelles ? Dans la nouvelle économie du savoir, l’espace francophone est également traversé par d’importants flux de mobilité étudiante et de chercheurs. Quelles sont les sources fiables d’informations nous permettant de dresser un portrait des tendances de ces mobilités? La première séance du colloque devrait nous permettre d’offrir un éclairage à ces questions. Par ailleurs, certaines institutions interviennent dans ces domaines et ont développé une expertise importante. Quelles conclusions pouvons-nous tirer de certains des projets-phares qui viennent en appui à la mobilité des personnes et plus particulièrement des jeunes de l’espace francophone? La seconde séance prendra la forme d’une table-ronde permettant à certains responsables de programmes de faire état de leurs expériences et de nous proposer quelques leçons à tirer.

Réunissant des intervenants et experts, principalement du Québec, du Canada et de Wallonie-Bruxelles, le présent colloque se donne comme objectif d’esquisser un début de réflexion sur les enjeux entourant les mobilités des personnes et des jeunes en particulier, et ce, au sein de l’espace francophone. À quelques mois du second Forum mondial de la langue française qui se tiendra à Liège en juillet 2015, l’ouverture du colloque sera également l’occasion de souligner le passage de témoin entre cette ville et celle de Québec qui a accueilli la première édition du FMLF. 

Pour plus d'informations sur la programmation du colloque, cliquez ici.

Date et heure
Jeudi 19 mars 2015 de 8 h 10 à 13 h

Lieu
Auditorium Jean-Paul Tardif, Pavillon La Laurentienne, Université Laval