Don par téléphone

Contacter la fondation de l’Université Laval au 418-656-3292


Don par la poste

Imprimer cette fiche remplissez-la et postez-la avec votre paiement à l’adresse suivante :

Faculté des sciences sociales
Pavillon Charles-De Koninck
1030, av. des Sciences-Humaines
Local 3456-E
Québec (Québec) G1V 0A6

Événements

Soutenance de thèse

Monsieur Oscar Labra

« REPRÉSENTATIONS SOCIALES DU VIH-SIDA DANS L’ENVIRONNEMENT DES SERVICES SOCIAUX ET DE SANTÉ CHILIENS »

Membres du jury:

M. Serge Dumont
Directeur de recherche
École de service social
Université Laval

M. Jocelyn Lindsay
Professeur
École de service social
Université Laval

Mme Isabelle Lafleur
Chercheure
Direction générale des services correctionnels
Ministère de la Sécurité publique

M. Ricardo Zuniga
Examinateur externe
Professeur
École de service social
Université de Montréal

La soutenance sera sous la présidence de Madame Myreille St-Onge, directrice du programme de doctorat, École de service social, Université Laval.

RÉSUMÉ

La présente thèse s’intéresse aux représentations sociales du VIH-SIDA telles qu’elles sont culturellement construites et partagées dans le milieu des services sociaux et de santé de la région du Maule, au Chili. Son objectif est de décrire, à partir des discours de deux types d’acteurs (soignants/soignés), les éléments constitutifs des représentations sociales du VIH-SIDA. Onze professionnels oeuvrant en soins en VIH-SIDA et vingt-huit personnes séropositives étant soignées ont participé. La théorie des représentations sociales est utilisée comme cadre conceptuel.

Les résultats de la recherche mettent en évidence que les représentations sociales du VIH-SIDA dans le Maule s’élaborent et se structurent sous l’influence de processus socioculturels au sein des communautés et que celles-ci demeurent préjudiciables pour les personnes atteintes du VIH. Toutefois, le discours des soignants et des soignés révèle des changements positifs observés au niveau des équipes de soins de première ligne où la pratique auprès de cette population vulnérable serait davantage valorisée et moins stigmatisée. Ceux qui y reçoivent des soins expriment s’y sentir bien accueillis, alors que les attitudes à leur endroit seraient davantage respectueuses des différentes formes de souffrance qu’ils éprouvent.

Date et heure
Vendredi 17 décembre 2010 à 10 h

Lieu
Pavillon Louis-Jacques-Casault, local 3632