Don par téléphone

Contacter la fondation de l’Université Laval au 418-656-3292


Don par la poste

Imprimer cette fiche remplissez-la et postez-la avec votre paiement à l’adresse suivante :

Faculté des sciences sociales
Pavillon Charles-De Koninck
1030, av. des Sciences-Humaines
Local 3456-E
Québec (Québec) G1V 0A6

Événements

Midi de Science politique

Le Département de Science politique et le Centre d'analyse des politiques publiques vous invitent à assister à la conférence de monsieur Jonathan Paquin, professeur au département de science politique de l’Université Laval et professeur associé à l’Institut québécois des hautes études internationales (HEI).

La conférence s'intitule : Une diplomatie à la traine des États-Unis ? La gestion canadienne du « printemps arabe » .

Est-ce que la politique étrangère du Canada est alignée sur celle des États-Unis ? Cette question est récurrente en politique étrangère canadienne et a été récemment soulevée lors des révoltes populaires en Afrique du Nord et au Moyen-Orient. En effectuant une analyse chronologique des déclarations émises par Ottawa et Washington, mon analyse identifie deux récurrences dans la manière dont le Canada a répondu aux révoltes populaires en Tunisie, en Égypte et en Libye. D'abord, le gouvernement Harper a généralement émis ses déclarations après que l’administration Obama ait fait connaître ses positions. Ensuite, les faits indiquent qu’Ottawa a adopté sensiblement les mêmes positions que celles émises par Washington. Ces récurrences suggèrent que les déclarations du Canada étaient la plupart du temps alignées sur celles des États-Unis et parfois façonnées en coopération avec Washington. Toutefois, cet alignement apparent du Canada ne représente qu'une partie de la réalité du comportement canadien puisque l’étude montre que le gouvernement Harper n'a pas toujours mis l’accent sur les mêmes thèmes, valeurs et principes à l’égard du printemps arabe. À l’aide d¹une analyse de contenu, l’étude indique qu’Ottawa était plus préoccupé que Washington par la question de la stabilité. Le gouvernement Harper a également mis davantage l’accent que l’administration Obama sur la protection de l’État d’Israël. Enfin, l’étude indique que la Maison-Blanche était obsédée par la nécessité d’adopter une approche multilatérale pour résoudre ces crises, alors que le Canada n’a pas démontré le même intérêt dans le multilatéralisme, ce qui va à l’encontre de l’idée selon laquelle le Canada est une « puissance moyenne ».

Un léger lunch sera servi.

www.capp.ulaval.ca

Date et heure
Jeudi 29 mars 2012 de 11 h 45 à 13 h

Lieu
Pavillon Charles-De Koninck, local 3244