Don par téléphone

Contacter la fondation de l’Université Laval au 418-656-3292


Don par la poste

Imprimer cette fiche remplissez-la et postez-la avec votre paiement à l’adresse suivante :

Faculté des sciences sociales
Pavillon Charles-De Koninck
1030, av. des Sciences-Humaines
Local 3456-E
Québec (Québec) G1V 0A6

Événements

Colloque annuel - Enfances autochtones

Dans le cadre de leur colloque annuel, le Centre interuniversitaire d'études et de recherches autochtones (CIÉRA) et l'Association étudiante autochtone de l'Université Laval (AÉA) s’intéressent aux dynamiques contemporaines de l'enfance autochtone.

Les enfants constituent à l'heure actuelle la proportion la plus élevée, et à la croissance la plus rapide des communautés autochtones. Certaines questions suscitent alors régulièrement l'intérêt, notamment dans les sphères publiques ou politiques, en matière de santé ou d’éducation, et il semble aujourd'hui très opportun d'élargir et de renouveler notre regard sur les espaces institutionnels, sociaux et culturels dans lesquels se déploie l'existence de ces enfants. Le colloque Enfances autochtones propose en conséquence d’examiner les enjeux spécifiques entourant la relation des enfants à ces espaces normatifs de première importance, en questionnant notamment l'engagement des peuples autochtones dans les institutions en charge de l'enfant, l'apparition de nouveaux acteurs dans la protection de l'enfance, et la place des peuples Autochtones dans les réseaux de l'adoption internationale.

L'examen de cette thématique s'appuie sur l'expérience de nos précédents colloques, grâce auxquels il fut possible d'ouvrir des perspectives novatrices sur les questions liées à l'éducation ou encore aux jeunes autochtones, en multipliant les regards disciplinaires et en donnant la parole aux acteurs des communautés.

L’engagement autochtone
L’engagement des peuples autochtones dans les institutions contemporaines qui encadrent l’enfance (médicales, communautaires, scolaires, etc.) constitue le premier axe de notre réflexion. Nous l'explorerons en considérant à la fois les enjeux perçus par les acteurs de ces engagements, et le façonnement de l'expérience enfantine, ou plus largement familiale, qui en résulte. Sages-femmes et personnels de santé, éducateurs et éducatrices pré-scolaires, professeurs ou animateurs socio-culturels, comment et pourquoi ces acteurs s'engagent-ils dans ces institutions ? Quelles conséquences sur le vécu de l'institution par les enfants perçoivent-ils, ou visent-ils, par leur engagement ? 

La protection des enfants
Le second axe vise à ouvrir une discussion critique sur les enjeux de la « protection » de l'enfance, lorsque l'objet de celle-ci est l'enfance autochtone. Face une situation sociale parfois dégradée, dont les enfants comptent alors parmi les victimes, les communautés n'ont généralement d'autre choix que de se tourner vers des services sociaux aux procédures standardisées, perçues comme mal adaptées. Cependant, de nouveaux acteurs issus des communautés émergent en ce domaine, intervenant sur le discours de la protection, s'imposant comme partenaires des services en place afin d'en mieux superviser et guider l'action. Quelles sont les ambitions et initiatives de ces nouveaux acteurs ? Comment reformuler les enjeux de la protection en fonction de contextes et de problèmes définis par les acteurs eux-mêmes, y compris les enfants ?

L'adoption : circulation et nouveaux réseaux d'échanges
Les pratiques adoptives structurent fortement les dynamiques familiales chez de nombreux peuples autochtones, favorisant la circulation des enfants entre les générations et les familles. Avec l’émergence de l’adoption internationale, des enjeux nouveaux sont apparus pour les peuples autochtones, tant du point de vue de l’enfant adopté que du point de vue des parents désireux d’adopter. Quelles sont les exigences de régulation spécifiquement portées par les peuples autochtones pour l'adoption d'enfants issus de leurs nations ? Comment les pratiques adoptives traditionnelles influencent-elles les formes de filiation opérées par des adoptants autochtones ? Quels sont les réseaux privilégiés par les adoptants autochtones ?

Fidèle à son format habituel, le colloque débutera le jeudi 15 avril 2010 avec la présentation des recherches en cours. La soirée sera consacrée aux performances artistiques qui témoigneront de la vitalité des expressions culturelles autochtones. Les réflexions, les débats et les échanges qui parcourront la thématique de l'enfance se dérouleront principalement le vendredi 16 avril 2010.

Pour plus d'information, consultez : www.ciera.ulaval.ca/

 

In 2010, the annual conference on Indigenous Studies, hosted by the Inter-university Center forIndigenous Studies (CIERA) and the Indigenous Student Association (AÉA) of Laval University, will focus on contemporary childhood dynamics.

In Aboriginal communities, children account for the largest proportion of the overall population with the fastest demographic growth; this brings with it certain issues and concerns within the public and political spheres in the fields of health and education. It is therefore relevant to examine new and existing perspectives on institutional, social, and cultural areas where childhood is being discussed. The Aboriginal Childhoods conference aims at fostering a discussion on specific issues regarding the connection between children and these major normative areas. Discussions will focus on the involvement of Aboriginal peoples in childcare institutions, the emergence of new actors in child protection, and on the role of Aboriginal peoples within international adoption networks.

The approach to this theme is based on previous conferences during which new perspectives on education and Aboriginal youth were explored. This conference purposely fosters an interdisciplinary dialogue and offers an avenue for people involved in the communities to express their views.

Aboriginal involvement
The involvement of Aboriginal people in contemporary institutions providing for childhood needs (medical, community-based, educational, etc.) constitutes the first theme to be discussed. It will be explored by examining both the challenges experienced by the actors involved in these institutions and the way childhood experience may be shaped: How and why do midwives, health workers, educators, pre-school teachers, teachers and socio-cultural coordinators get involved in these institutions? How do they perceive the way children experience life in these institutions? What is the aim of their involvement?

Child protection
The second theme opens a critical discussion about the challenges of child “protection” when it is aimed at Aboriginal children. Confronted in many cases by deteriorating family situations in which children are affected, standard procedures are called upon by the communities –  even though they are considered as inappropriate – simply because there is no other official option. However, new actors originally from the communities get involved in the area and take part in the discourses about child protection. They establish themselves as partners to current services in order to provide better supervision and guidance. What are the aspirations and initiatives of these new actors? How could the challenges of child protection be reformulated according to contexts and issues identified by Aboriginal actors, including Aboriginal children?

Adoption: circulation and new networks
Adoption practices greatly structure familial dynamics in many Aboriginal people, thus fostering a better circulation of children within generations and families. International adoption caused new issues to arise for Aboriginal peoples regarding both adopted children and parents willing to adopt. What are the specific regulation demands of Aboriginal peoples when it comes to Aboriginal children being adopted? How do traditional adoption practices influence kinship relations developed by adopting Aboriginal parents? Which networks do these people usually opt for?

As usual, the conference will start on Thursday April 15th 2010 with presentations about current research projects. During the evening, artistic performances will be showcased which embody the vitality of Aboriginal cultural expressions. Comments, debates and discussions about the theme of childhood will mainly take place on Friday April 16th.

www.ciera.ulaval.ca/

Date et heure
Jeudi 15 avril 2010 au vendredi 16 avril 2010

Lieu
Pavillon La Laurentienne, Auditorium Jean-Paul Tardif