Don par téléphone

Contacter la fondation de l’Université Laval au 418-656-3292


Don par la poste

Imprimer cette fiche remplissez-la et postez-la avec votre paiement à l’adresse suivante :

Faculté des sciences sociales
Pavillon Charles-De Koninck
1030, av. des Sciences-Humaines
Local 3456-E
Québec (Québec) G1V 0A6

Événements

Soutenance de thèse

INVITATION DE L'ÉCOLE DE SERVICE SOCIAL

MADAME CHRISTIANE BERGERON-LECLERC

« LES FACTEURS QUI FACILITENT ET ENTRAVENT LE CHEMINEMENT VERS L’INTÉGRATION SOCIALE DES PERSONNES AYANT DES TROUBLES MENTAUX GRAVES ET RECEVANT DES SERVICES D’UNE ÉQUIPE DE SUIVI INTENSIF DANS LA COMMUNAUTÉ »

Membres du jury:

Bernadette Dallaire
Directrice de recherche
École de service social
Université Laval

Myreille St-Onge
Professeure
École de service social
Université Laval

Daniel Turcotte
Professeur
École de service social
Université Laval

Tim Aubry
Examinateur externe
Professeur
École de psychologie
Université d'Ottawa

La soutenance sera sous la présidence de Monsieur Serge Dumont, directeur, École de service social, Université Laval.

RÉSUMÉ
Quarante ans après les débuts de la désinstitutionalisation, les personnes ayant des troubles mentaux graves font partie des groupes les plus exclus socialement. En dépit des efforts déployés pour démystifier la maladie et dissiper les préjugés qui l’entourent, ceux-ci semblent bien vivants, amenant chez les personnes ayant les troubles les plus graves à vivre des difficultés relatives à l’intégration à l’emploi, la participation à des activités de loisirs, l’accès à un logement décent et le développement de relations sociales satisfaisantes. Pourtant, lorsqu’elles sont questionnées à l’égard de leurs désirs, leurs préférences sont nettes : vivre dans la communauté et s’y intégrer. Afin de faire face aux conséquences de la désinstitutionalisation et faciliter les parcours de vie communautaire des personnes ayant les troubles mentaux graves, est né au début des années 1970, un modèle d’intervention nommé le suivi intensif en équipe dans la communauté (modèle ACT). D’abord implanté et disséminé à travers les États-Unis, ce modèle d’intervention prend de l’expansion au Québec depuis la fin des années 1990. Connu principalement pour ses effets liés à la réduction de la durée et de la fréquence des hospitalisations, le modèle a également démontré, au fil des études évaluatives, des effets intéressants au plan psychosocial. Cependant, en dépit des effets observés, on en connait peu l’impact du modèle au plan de l’intégration sociale : pourtant, il s’agit de l’objectif ultime de ce type de programme. C’est donc dans l’optique d’en apprendre davantage sur les facteurs qui facilitent et font obstacle à l’intégration sociale des personnes recevant des services d’une équipe de suivi intensif dans la communauté qu’a été entreprise la présente étude. Cette étude qualitative exploratoire a été réalisée auprès des intervenants (n = 5) et des usagers (n = 9) de l’équipe ACT de l’Institut universitaire en santé mentale de Québec. À travers la réalisation d’entrevues semi-dirigées et de l’étude des dossiers des usagers, les facteurs d’influence sur l’intégration sociale des personnes ayant des troubles mentaux et recevant des services de suivi intensif ont été identifiés. Les résultats de cette étude mettent en évidence la contribution de trois types de facteurs en ce qui concerne l’atteinte ou non d’un niveau satisfaisant d’intégration sociale : (a) les facteurs individuels (ex. autonomie dans la vie quotidienne et domestique, avoir des rêves, consommation d’alcool et de drogues, efficacité des stratégies d’adaptation, gravité des symptômes, reconnaissance et acceptation de la maladie), (b) les facteurs environnementaux (emploi, loisirs, pauvreté et relations sociales) et (c) les facteurs liés au programme et à l’intervention (choix et relation de confiance). Les résultats obtenus, s’ils doivent être interprétés à la lumière de certaines limites découlant du devis méthodologique appliqué, appellent à poursuivre les travaux dans l’optique de déterminer le poids des différents facteurs identifiés ici, en ce qui concerne l’intégration sociale. En conclusion de cette étude, des recommandations pour l’amélioration de la pratique du suivi intensif en équipe dans la communauté sont proposées. 

Date et heure
Lundi 26 avril 2010 à 13 h 30

Lieu
Pavillon Louis-Jacques-Casault, Salle 3632