Francesco Cavatorta

Du Maroc à la Jordanie

26 février 2019

Francesco Cavatorta dans Le Fil du 22 février dernier.

Maroc, Tunisie, Égypte et Jordanie. En 2010 et 2011, ces quatre pays du nord de l’Afrique et du Moyen-Orient ont vécu, chacun à sa manière, un mouvement de contestation populaire à l’ampleur variable appelé «printemps arabe».

«Il y a eu une crise de l’autoritarisme dans les pays arabes, explique le professeur Francesco Cavatorta, du Département de science politique. Les révoltes arabes ont pris racine dans la mauvaise gestion de l’économie et, notamment, un taux de chômage élevé. On se révolte parce qu’il faut changer de système. On veut la démocratie parce que les institutions fonctionnent bien.»

Article complet