Élections municipales : comment augmenter les taux de participation ?

Élections municipales : comment augmenter les taux de participation ?

16 novembre 2017

François Gélineau a accordé une entrevue à Impact Campus le 14 novembre dernier.

Le taux de participation global enregistré à Québec aux récentes élections municipales 2017 est de 50, 7 %. Un chiffre en légère baisse par rapport à 2013, année à laquelle près de 55 % des citoyens s’étaient prononcés. Malgré des fluctuations relativement stables, une interrogation demeure chez les experts : comment peut-on aller chercher cette autre moitié d’électeurs qui semble tant iFrançois Gélineaunatteignable ?

Pour tenter de répondre à cette grande et énigmatique question, Impact Campus s’est entretenu avec le doyen de la Faculté des sciences sociales de l’Université Laval et expert en sciences politiques, François Gélineau.

« J’ai l’impression qu’à Québec et à Montréal, malgré beaucoup de médiatisation, les enjeux importants n’ont pas suscité autant d’intérêt qu’on aurait pu le croire, explique-t-il en début d’entretien. L’intérêt est l’un des déterminants importants de cette participation justement, l’information qu’on a sur le contexte, donc ça ne me surprend pas vraiment. »

Quand on compare les taux de participation politique entre les paliers municipaux, provinciaux et fédéraux, on constate assez rapidement que les gens votent moins dans leurs arrondissements, d’un point de vue local. Un phénomène relativement paradoxal, selon l’expert, qui souligne que des gouvernements de proximité devraient, en principe, créer de l’engouement.

Article complet : Impact Campus, 14 novembre 2017