Marc André Bodet

Le scrutin qui change tout

3 octobre 2018

Par Marc André Bodet

Les lendemains de l’élection historique du 1er octobre nous amènent en territoire inconnu. Après deux élections crève-coeur, la Coalition avenir Québec peut célébrer le soir de l’élection. Plusieurs constats peuvent déjà être faits à la lumière des succès et des échecs de chaque parti.

Le premier constat à faire est de dire que la Coalition avenir Québec a remporté une victoire franche. Ses appuis sont significatifs dans la très grande majorité des circonscriptions et ses députés se retrouvent dans toutes les grandes villes du Québec. C’est une bonne nouvelle pour ce premier gouvernement caquiste à qui certains prédisaient une exclusion de la métropole et surtout une deuxième place dans les voix exprimées. De plus, contrairement à plusieurs de ses percées à l’élection précédente (pensons aux prises faites au détriment du Parti québécois en 2014), le parti progresse de manière spectaculaire partout, en pourcentage mais aussi en nombre de votes. Malgré quelques ratés de campagne, le parti a su profiter de son élan pour se monter une liste de candidatures solides et surtout pour se présenter comme la seule autre possibilité par rapport aux libéraux. En ce sens, la victoire à l’élection partielle de Louis-Hébert nous paraît aujourd’hui comme fondatrice.

Article complet, Le Devoir, 3 octobre 2018