LesTicketsdeBarrette.com : La CAQ dénonce... et récolte vos données ?

LesTicketsdeBarrette.com : La CAQ dénonce... et récolte vos données ?

6 avril 2016

Thierry Giasson et Yannick Dufresne dans Le Huffington Post du 15 mars dernier.

«Il y a de la collecte de données qui se fait, c’est assez manifeste», estime Thierry Giasson, professeur agrégé à l’Université Laval et spécialiste en marketing politique.

Ce type d’initiatives permet de segmenter l’électorat. «Ça permet d’identifier des enjeux d’intérêt pour la personne et ensuite de mobiliser des gens sur ces enjeux, poursuit Thierry Giasson. On peut alors, à partir de la base de données, envoyer des courriels sur certains enjeux à certains électeurs, parce qu’on sait que ça va les faire réagir.»

Chercheur à la Chaire de recherche sur la démocratie et les institutions parlementaires, Yannick Dufresne explique que les informations récoltées dans ce type d’initiative permettent d’aller au-delà du simple courriel. «On peut, par exemple, faire des publicités radio ciblées pour des régions où on voit une forte mobilisation pour un enjeu particulier», dit ce spécialiste du micro-ciblage.

D’ailleurs, les partis politiques distinguent de plus en plus leur message national des publicités locales, poursuit Yannick Dufresne. «Il y a un message macro, pour l’ensemble de la population, où on focus sur des enjeux sur lesquels tout le monde est d’accord, comme l’économie ou l’environnement, illustre-t-il. Mais ensuite on développe un message micro qu’on communique avec certaines couches démographiques très précises, via les téléphones cellulaires ou la radio.»

Les messages ciblés permettent également de créer des campagnes de financement plus efficaces, affirme Thierry Giasson. «Des stratèges de partis m’ont confié que, quand on communique avec les gens sur des enjeux qu’ils considèrent importants, ils ont plus tendance à faire une contribution financière», raconte-t-il.

Toutefois, les deux chercheurs s’entendent pour dire que la segmentation de l’électorat demeure peu développée au Québec, alors qu’elle est utilisée abondamment aux États-Unis et au niveau fédéral. «D’un point de vue de collecte de données, ce que fait la CAQ est assez novateur», dit Thierry Giasson.

Article complet : Le Huffington Post, 15 mars 2016