Baccalauréat en anthropologie, Université Laval

90 crédits

Baccalauréat en anthropologie

Témoignages

Contenu
Corps

eve-desroches-maheux-ulaval.jpgÈve Desroches-Maheux

Diplômée du baccalauréat en anthropologie et de la maîtrise en anthropologie avec mémoire

«Lorsque j’ai découvert le profil international, j’ai immédiatement sauté sur l’occasion pour faire un séjour d’études à l’Université de Laponie en Finlande. Ce fut une des expériences les plus enrichissantes de ma vie, autant du point de vue personnel que scolaire, puisque j’ai pu suivre des cours spécifiques à cette région du monde. Lors de mon séjour, j’ai aussi découvert d’autres réalités, d’autres styles de vie, élargissant ainsi ma compréhension du monde. Bref, si l’on m’offrait d’y retourner demain, je le ferais.»

Corps

joelle-dufour-ulaval.jpgJoëlle Dufour

Diplômée du baccalauréat en anthropologie et de la maîtrise en anthropologie avec mémoire

Joëlle Dufour a dû faire preuve de débrouillardise et d’autonomie pour mener à bien son stage de 1er cycle en anthropologie auprès de personnes sourdes qui s’expriment oralement (à l’Institut de réadaptation en déficience physique de Québec). Elle a assumé seule toutes les étapes du projet, dont le recrutement de participants, en plus de suivre des cours de langage des signes. Son travail exploratoire lui a valu bien des éloges et a contribué à éclaircir plusieurs questions concernant une clientèle sur laquelle il existe peu d’écrits scientifiques. L’étudiante a reçu une mention d’honneur du doyen pour ses résultats scolaires puis a été recrutée comme assistante de recherche par deux chercheurs en réadaptation et intégration sociale.

Corps

marie-laurence-rancourt-ulaval.jpgMarie-Laurence Rancourt

Diplômée du baccalauréat en anthropologie

«Ma formation pratique en Tunisie, dans le cadre d’un projet portant sur l’insurrection qui y est survenue, m’a permis non seulement de mettre en pratique les outils théoriques explorés au cours de mon baccalauréat en anthropologie, mais également, de constater la grande nécessité de demeurer flexible, ouvert et de modeler ses outils en fonction du «terrain» où on est amené à séjourner. L’expérience m’a, par ailleurs, enseigné qu’un anthropologue peut posséder des qualités professionnelles exceptionnelles, mais c’est ce qu’il est en tant que personne qui sera le plus mis à nu sur le terrain.»