4 novembre 2019

Heure: 15h30
Lieu: Pavillon Charles-De Koninck, local 3153

Détails supplémentaires

Conférencier: Marc Bernardot, professeur de sociologie, Aix-Marseille Université (LAMES-MMSH)

Résumé: L’établissement d’un lien entre mouvements humains et la mécanique des fluides a été initié par des théoriciens et des leaders d’opinion au cours du XIXe siècle. Ce n’est pas le seul registre d’association mobilisé car les analogies des migrations avec les épidémies et les espèces invasives ou les animalisations racistes et les images sexualisées et genrées sont fréquentes. Cependant la métaphore liquide s’est imposée progressivement comme une matrice discursive et conceptuelle dominante et elle aspire dorénavant les autres registres analogiques dans son système de signification. Les associations entre les déplacements humains et les éléments liquides constituent désormais des dispositifs rhétoriques et sémiologiques qui saturent les discours et les représentations. C’est en effet à partir d’ensembles de mots et d’images aquatiques, maritimes, halieutiques, hydrologiques et hydrauliques, que se disent, se pensent et s’appliquent les politiques et les stratégies migratoires. Ils se retrouvent dans divers niveaux de langage et d’actions. Je propose ici de suivre les mises en mot, en image et en action des mouvements et politiques migratoires. Après avoir retracé la généalogie de cette métaphore depuis le XIXe siècle, j’en suis les méandres internationaux jusqu’aux rivages de l’île de Lesbos en Grèce et du port de Calais en France.