29 avril 2019

Heure: 11h
Lieu: Pavillon Charles-De Koninck, salle 1271

Détails supplémentaires

 

Les jeunes en situation de précarité sont souvent en première ligne de mouvements pour renverser des systèmes de pouvoir ou des politiques injustes. En Ukraine, les jeunes sont descendus dans la rue à maintes reprises depuis l’indépendance du pays pour dénoncer la corruption ou le « capitalisme sauvage » et proposer des alternatives, et mes recherches démontrent qu’en tant que manifestants, ils font l’expérience de nouveaux modèles de convivialité, de solidarité et de justice qu’ils souhaitent ensuite reproduire à l’échelle de la nation. Toutefois, il est rare que ce genre de participation civique mène à l’intégration formelle des jeunes au sein de structures gouvernementales. Comment assurer aux jeunes en situation de précarité sociale une représentation politique adéquate ? 

 

Au Venezuela, des jeunes de 18 à 30 ans issus de régions défavorisées et ayant été victimes de racisme, de criminalisation et d’exclusion sociale occupent aujourd’hui des postes-clés (ministres, gouverneurs, maires) au sein du gouvernement socialiste. Éduqués gratuitement sous Hugo Chávez et s’identifiant comme la « première génération conscientisée », ils se réclament fièrement d’origine autochtone et afrodescendante. Comment vivent-ils leur intégration au sein de structures gouvernementales ?  Mes recherches démontrent que leur expérience de l’intersectionnalité (âge/ethnicité/classe sociale) les amène à se situer de façon complexe par rapport au pouvoir politique.  D’une part, ils se perçoivent comme étant destinés à la politique du fait de posséder certains attributs et « un savoir qui leur est propre » en tant que jeunes issus de milieux défavorisés.  D’autre part, ils ont tendance à définir et à vivre le pouvoir comme étant relationnel ; c’est-à-dire que leur pouvoir politique n’acquiert de sens qu’en relation avec le pouvoir exercé sur eux et à travers eux par leur famille et leur communauté.

 

Conférencière : Mme Anna Fournier, professeure agrégée au Département d'anthropologie de l'Université du Manitoba

 

Bienvenue à toutes et à tous!