Midi de science politique

Midi de science politique - Expliquer le maintien de l’autoritarisme au Soudan par le bas : développement participatif et reproduction du pouvoir dans la province du Nord Kordofan

Date : Jeudi 15 mars 2018
Horaire : 11h45 à 13h
Lieu : DKN-3470

Le Département de science politique, la Chaire de recherche sur la démocratie et les institutions parlementaires, le Centre d'analyse des politiques publiques, le Groupe de recherche en communication politique et l'APEUL vous invitent à assister à la conférence d’Anne-Laure Mahé, stagiaire postdoctorale au Centre d’études et de recherches internationales à l’Université de Montréal (CÉRIUM).

La conférence s’intitule : Expliquer le maintien de l’autoritarisme au Soudan par le bas : développement participatif et reproduction du pouvoir dans la province du Nord Kordofan

Midi%20science%20politique_15%20mars%202018.JPG

Les crises économiques et les échecs en matière de développement sont souvent vus comme des vecteurs de démocratisation, fragilisant des régimes autoritaires qui se maintiennent grâce à des stratégies coûteuses telles que la cooptation et la répression. Le cas du Soudan, dont le régime actuel a été mis en place en 1989, démontre cependant que les autocrates sont capables de conserver le pouvoir malgré des revers répétés dans la mise en place de leur propre agenda économique. Cette présentation se propose d'expliquer ce phénomène en s'attachant au niveau micro, qui permet de conceptualiser le développement comme un ensemble de pratiques et de discours concrets. À partir d'une enquête de terrain menée au Soudan, l'analyse se focalise sur une politique de développement participatif mise en place dans la province du Nord Kordofan. Elle met en évidence comment celle-ci opère comme un espace où les mécanismes de contrôle, de routinisation et de normalisation du pouvoir autoritaires sont façonnés, reproduits, mais aussi négociés.

Anne-Laure Mahé est stagiaire postdoctorale au Centre d'Études et de Recherches Internationales à l'Université de Montréal (CÉRIUM), où elle coordonne les activités et recherches liées à l'Afrique. Ses travaux se focalisent sur le fonctionnement des régimes autoritaires et les liens entre leur longévité et les politiques de développement. Elle s'intéresse en particulier aux discours et pratiques qui questionnent la distinction entre démocratie et autoritarisme.

Un léger lunch sera servi.

Bienvenue à toutes et à tous !