Stéphanie Mayer

Soutenance de thèse - Stéphanie Mayer

Date : Vendredi 6 juillet 2018
Horaire : 14h
Lieu : DKN-3470

Regards féministes sur l’hétérosexualité contemporaine occidentale. Essai sur le dispositif hétérosexuel et ses limites pour l’égalité et la liberté des femmes


Résumé : Hétérosexualité et féminisme ne sont pas incompatibles, mais leurs rapports ont fait débat parmi les féministes, les lesbiennes et les queers. Trois constats s’en dégagent : d’abord, l’hétérosexualité assure les hiérarchies entre les genres et les sexualités; ensuite, il persiste un doute quant à la capacité critique et agentive des femmes hétérosexuelles; enfin, les outils pour comprendre ce que signifie l’hétérosexualité dans la vie de ces femmes et alimenter leur capacité à transformer leurs arrangements intimes avec les hommes s’avèrent peu satisfaisants.

La question centrale de la recherche est la suivante : quelle problématisation des modalités de l’hétérosexualité la littérature féministe permet-elle de développer afin de nourrir l’action politique des femmes hétérosexuelles dans une perspective d’égalité et de liberté? Pour y répondre, une méthode d’analyse critique du discours est privilégiée et le cadre théorique est construit sur les apports des perspectives féministes radicales matérialistes et poststructuralistes.

Cette recherche est divisée en trois parties. La première est guidée par l’objectif théorique de faire état des problématisations de l’hétérosexualité par l’élaboration d’une cartographie rendant compte, en cinq phases, des débats ayant eu lieu parmi les féministes, les lesbiennes et les queers. Cette cartographie permet de faire le constat d’insuffisances théoriques et politiques du point de vue des féministes hétérosexuelles. Leurs apports heuristiques à la compréhension de l’hétérosexualité comme expérience vécue sont fondamentaux et guident la recherche. La deuxième a pour objectif de contribuer à la compréhension de l’hétérosexualité. Pour ce faire, le concept foucaldien de dispositif est mobilisé afin de proposer un essai de conceptualisation de l’hétérosexualité comme un dispositif de pouvoir qui contient six éléments, tous traversés par les principes patriarcaux du deux, de la complémentarité et de la hiérarchie. Le dispositif hétérosexuel propose une compréhension de ce que signifie, pour les femmes, d’être situées comme hétérosexuelles dans les sociétés patriarcales. La troisième revêt un objectif politique, en proposant différentes avenues qui peuvent être empruntées par les féministes qui souhaitent s’engager dans la transformation du vivre ensemble hétérosexuel dans une perspective d’égalité et de liberté.

Cette thèse affirme que les femmes hétérosexuelles occupent un positionnement social stratégique pour engager des transformations majeures au sein de l’hétérosexualité dans une perspective féministe et de solidarité avec les personnes LGTBQ.

Membres du jury :

Diane Lamoureux
Directrice de recherche
Professeure
Faculté des sciences sociales
Département de science politique
Université Laval

Madeleine Pastinelli
Professeure
Faculté des sciences sociales
Département de sociologie
Université Laval

Émilie Biland-Curinier
Professeure
Faculté des sciences des sciences sociales
Département de science politique
Université Laval

Maria Nengeh Mensah
Examinatrice externe
Professeure
École de travail social
UQAM

La soutenance sera sous la présidence de madame Aurélie Campana, directrice des programmes de 2e et 3e cycles en science politique.