Maîtrise en relations industrielles, Université Laval

45 crédits

Maîtrise en relations industrielles

Message important:
Passage intégré au doctorat maintenant disponible

Témoignages

Contenu
Corps

Mathieu Bernier

«Mon inscription à la maîtrise en relations industrielles est certainement une décision pour laquelle je n’ai aucun regret. Alors que le baccalauréat du même domaine m’a permis d’acquérir un lot important de connaissances théoriques sur les différents champs qu’il recouvre, soit les politiques publiques de l’emploi, la gestion des ressources humaines, la santé et la sécurité au travail ainsi que les relations du travail, la maîtrise m’a, quant à elle, permis d’approfondir les liens entre ces mêmes champs ainsi que d’en saisir l’importance et la portée au sein de notre société. En effet, plongé dans un contexte mondialisé où le monde du travail fait face à une multitude de changements, le domaine des relations industrielles devient capital. De plus, la maîtrise m’a également permis d'approfondir mes connaissances sur un sujet spécifique, et ce, par la rédaction d’un essai portant sur la créativité et l’innovation en milieu de travail. Enfin, grâce à la maîtrise en relations industrielles, me voilà un citoyen des plus informés sur les différents enjeux liés au monde du travail, que ces derniers se situent au niveau organisationnel ou sociétal.»

Corps

pauline-maron-ulaval.jpgPauline Maron

«Bonjour, je suis Pauline. Étudiante internationale, j’ai eu la chance de faire un échange universitaire de deux sessions en 2014, grâce à un partenariat mis en place entre le Master Management des Ressources Humaines de l’Université Jean Moulin Lyon 3 et le Département des relations industrielles. Aujourd’hui, diplômée de mon université française, je poursuis mes études avec la maîtrise en relations industrielles que j’avais commencée lors de mon année d’échange. 

J’apprécie beaucoup la disponibilité des professeurs, la richesse des cours et la bienveillance accordée par le Département à chacun de ses étudiants. J’ai ainsi pu obtenir plusieurs bourses d’excellence ainsi que la reconnaissance de 50 % de ma formation française, ce qui me permet d’obtenir mon diplôme en accéléré. Ici, je me sens encouragée et valorisée.»